Le FER en 5 questions

globules-rouges

Qu’est ce que le fer ?

Le Fer est un oligo-élément, c’est-à-dire un minéral présent dans l’organisme en quantité très faible, mais cependant indispensable à son fonctionnement. En effet, si vous manquez de fer (c’est la carence en fer), vous pouvez vous sentir fatigué, épuisé, vite essoufflé après une activité de la vie quotidienne que vous supportez bien habituellement. Vos muscles s’affaiblissent.

A l’inverse, si vous avez un excès de Fer, ce dernier s ‘accumule dans les organes vitaux et les détruit peu à peu. Cette accumulation de fer dans l’organisme est liée à une maladie génétique appelée Hémochromatose qui touche 1 personne sur 300 en France. Il n’existe pas de médicaments pour traiter cette maladie mais des saignées (phlébotomies) seront nécessaires et efficaces pour diminuer la surcharge en fer.

Quel est son rôle ?

Le fer ne circule jamais seul dans l’organisme, sinon il devient toxique. Son rôle est de se lier à une protéine pour lui permettre d’assurer ses fonctions.

Ces protéines sont au nombre de 4 et exercent chacune un rôle spécifique :

Le fer peut se lier à :

– l’hémoglobine : le fer est présent dans les globules rouges (ou hémoglobines) pour transporter l’oxygène dans tout le corps. C’est le fer qui donne au sang bien oxygéné sa couleur rouge.

– Dans les muscles, le fer représente 6% de la totalité du fer dans le corps humain. Il est transporté par une protéine appelée myoglobine pour assurer l’oxygénation des tissus et leur fonctionnement.

La transferrine, protéine fabriquée par le foie, transporte le fer vers la moelle osseuse pour assurer la formation des globules rouges.

Enfin la ferritine, protéine fabriquée par le foie, assure le stockage du fer dans tout l’organisme : 1/3 dans le foie, 1/3 dans la moelle osseuse et la rate et 1/3 dans les muscles.

Au total, le corps peut contenir 5 grammes de fer.

Où trouve-t-on le fer dans l’alimentation?

Le fer existe sous deux formes principales :

  • Le fer héminique, présent dans les aliments d’origine animale, est facilement absorbé par l’organisme (25%).
  • Le fer non héminique, présent dans les aliments d’origine végétale, est moins bien absorbé par l’intestin (10%). La vitamine C améliore l’absorption du fer.

Au total, chaque jour, vous absorbez dans vos aliments 15 à 20 mg de fer. Les enfants, les adolescents Les femmes ont des besoins plus grands que ceux des hommes, notamment au cours de la grossesse et de l’allaitement. Le fer que nous apporte l’alimentation est utile pour compenser les pertes naturelles (règles chez les femmes, desquamation, sueurs, pertes de cellules intestinales) ou accidentelles (saignements).

Les aliments les plus riches en fer d’origine animale : Le foie de viande (veau) ou de volaille, les palourdes (28 mg/100g), le rôti de bœuf, la dinde hachée et les sardines sont d’excellentes sources de fer héminique. A privilégiez d’autres fruits de mer comme les huitres (7 à 12mg/100g) et les moules (6mg/100g), les viandes rouges (6 à 8 mg/100g), les rognons d’agneau (7 à 10mg/100g) et bien entendu le boudin noir cuit (20mg/100g).

Les aliments les plus riches en fer d’origine végétale : Les légumineuses et certains légumes à feuilles sont de bonnes sources de fer : les fèves et lentilles (9 mg/100g), les pois chiches (7 mg/100g) et non pas spécialement sur les épinards, contre toute idée reçue (4 mg/100g). Parsemez votre assiette de persil, basilic séché, gingembre. Grignotez des fruits secs (abricots, figues) et mangez des amandes, noix de cajou. Pour favoriser l’absorption du fer, pensez à associer des fruits frais (kiwi, clémentine, orange) riches en vitamine C. Faites des cures d’algues, telle que la spiruline (15mg/100g) qui assure le maintien musculaire. Evitez les excitants, notamment le thé, juste après le repas qui freine l’absorption du fer contenu dans l’assiette.

La carence en fer ?

Normalement, une alimentation saine et variée fournit suffisamment de fer. Plus de 30% de la population mondiale souffre d’une anémie par carence en fer. Il s’agit surtout d’enfants et d’adolescents, de femme enceintes ou en âge de procréer (1 femme sur 5 en moyenne).

Les apports nutritionnels conseillés sont estimés à 9 mg/jour pour l’homme et à 16 mg/j pour la femme non ménopausée. Ils varient de 7 à 14 mg/jour pour les enfants de 3 à 17 ans.

Avant toute supplémentation en fer, il est indispensable de faire un bilan sanguin pour doser l’hémoglobine et la ferritine et confirmer la nécessité de traitement.

Le traitement de l’anémie par carence en fer ?

Le fer sera prescrit par votre médecin sous forme de comprimés, gélules ou solutions. La prise de ces médicaments peut entrainer des effets indésirables mineurs tels que douleurs abdominales, diarrhée, constipation, selles de couleur noire, nausées ou vomissements. Le fer peut diminuer l’absorption de certains antibiotiques, des traitements de l’ostéoporose, ou des hormones thyroïdiennes. Respectez un délai de 2 heures entre la prise de votre traitement et de celle du fer. Pour une meilleure assimilation, il peut être associé à de la vitamine B9 ou de la vitamine C.