La vitamine D

ampoules de vitamine D, prévention ostéoporose

Votre médecin vous l’a peut-être prescrite sous forme d’ampoule ou de gouttes : la plupart d’entre nous sommes carencés en vitamine D. Une petite partie de la vitamine D nécessaire au fonctionnement de l’organisme est apportée par l’alimentation (10%), mais elle est surtout produite par le corps, à l’aide de la lumière du soleil. Elle joue un rôle très important pour les os en favorisant la fixation du calcium.

La vitamine D c’est quoi ?

La vitamine D regroupe en réalité un ensemble de 5 vitamines D1, D2, D3, D4 et D5, très voisines les unes des autres. Les plus connues et utilisées sont la vitamine D3 ou cholécalciférol, et la vitamine D2 ou calciférol (ou ergocalciférol).

A quoi ça sert ?

  • La vitamine D intervient de manière très importante dans le processus d’ossification.
  • Elle est essentielle au bon fonctionnement neuromusculaire.
  • Elle est indispensable à la coagulation sanguine en stimulant l’agrégation plaquettaire.
  • Elle participe à la régulation cardiaque.
  • Elle renforce le système immunitaire. Elle agit notamment comme protection pour le système immunitaire de la peau et améliore sa structure, conservant ainsi l’intégrité des différentes couches et participant alors au maintien de l’hydratation.

Nos besoins

En France, les AJR (Apports Nutritionnels Conseillés) quotidiens en vitamine D sont de 10 µg/j soit 400 UI pour les adultes. Toutefois, les récentes études suggèrent que des apports de l’ordre de 1000 à 2000 UI seraient utiles, particulièrement pendant les mois d’automne et d’hiver.

Où la trouver ?

Au niveau de l’alimentation, on retrouve la vitamine D3 dans les produits d’origine animale : les huiles de foie de poisson (flétan, morue), le jaune d’œuf, le foie d’animaux, les poissons gras (saumon, maquereau, sardine,..), le lait enrichi (lait entier, lait de soja), le beurre, certains fromages….

Les sources de vitamine D2 sont d’origine végétale : les champignons, les levures, les céréales, les légumes verts crus, les huiles végétales, …

C’est essentiellement le soleil qui couvre nos besoins en vitamine D. En effet, il faudrait manger une vingtaine de sardines ou 5 plaquettes de beurre pour couvrir nos besoins journaliers ! Une simple exposition solaire en été des mains, des avant-bras et du visage pendant 15 minutes entre 11h et 14h 2 à 3 fois/semaine (et sans crème solaire) permet à l’organisme de synthétiser et de stocker assez de vitamine D pour l’hiver, à condition d’en apporter de temps en temps par l’alimentation.

Attention aux carences

Nos besoins en vitamine D dépendent de notre âge (avec l’âge, on en synthétise moins), de notre état physiologique, de notre couleur de peau (les peaux mates en ont davantage besoin) et mais aussi de la dose de soleil reçue chaque jour.

Entre novembre et février, la France ne reçoit pas d’ultraviolets de longueur d’onde inférieure à 313 nanomètres, nécessaires à la fabrication de la vitamine D par la peau. Il convient donc durant cette période de prendre une supplémentation lorsqu’on est un sujet à risque (nourrissons, personnes de plus de 50 ans, grossesse, allaitement, phase de croissance et personnes à la peau mate ou foncée). N’hésitez pas à demander conseil votre médecin ou pharmacien.

Astuce : la vitamine D étant une vitamine liposoluble, prenez-la avec votre repas contenant du « gras », elle sera d’autant mieux assimilée.

Il existe des compléments naturels de vitamine D à prendre quotidiennement. On retrouve parmi eux Nutergia Ergy D®, Granions vit D® et Pileje D3 Biane®. Etant très bien assimilés, ils contribuent au fonctionnement normal du système immunitaire, au maintien de l’ossature et de la fonction musculaire.