Pourquoi vermifuger mon chien ?

Vermifuge chien
Près d’un animal de compagnie sur deux est porteur de vers. Les symptômes sont généralement discrets et peu caractéristiques mais l’absence de manifestations cliniques ne signifie pas que votre animal n’est pas parasité ni qu’il ne puisse vous contaminer. Comme nous allons le voir, certains vers sont en effet transmissibles à l’homme et en particulier aux enfants, avec des conséquences qui peuvent être sévères pour la santé.

Quels parasites internes le chien peut-il transmettre ?

Ces vers (ou helminthes) rencontrés dans le tube digestif du chien peuvent être ronds ou plats.

Les vers ronds

Ascaris

Les ascaris sont des vers ronds de 10 à 20 centimètres de long. Les vers adultes pondent des œufs dans l’intestin grêle du chien qui sont disséminés en très grand nombre avec ses selles dans le milieu extérieur. Ces œufs résistent au froid, à la sécheresse et aux désinfectants, et restent infestants pour les autres chiens, (ou pour les enfants jouant dans les bacs à sable !), après plusieurs années passées dans le sol.

Une fois dans l’intestin, ils peuvent provoquer une irritation, voire une obstruction ou une perforation de l’intestin. Un ou deux ascaris peuvent être bien tolérés chez un chien adulte solide, mais une infestation massive chez un chiot entraînera au mieux un retard de croissance, un vilain poil et des troubles digestifs (vomissements, diarrhée), parfois de la toux, au pire une péritonite et la mort.

Lorsqu’un humain ingère un œuf d’ascaris, il en sort une larve qui ne pourra pas poursuivre son cycle jusqu’à se transformer en adulte (elle ne peut le faire que chez un chien), mais qui va partir se promener dans l’organisme (larva migrans). Le plus souvent, elle va s’égarer dans un muscle où elle va s’enkyster et mourir, et nous n’en saurons jamais rien. Mais elle peut aussi aller se promener dans des organes (foie, poumon…) ou dans un œil. Premières victimes potentielles : les jeunes enfants qui mettent leurs doigts à la bouche après avoir câliné leur chien, ou après avoir joué dans les bacs à sable. Dans la plupart des cas heureusement, cela n’a aucune conséquence !

Ankylostomes

Les ankylostomes sont des vers beaucoup plus petits que les ascaris (1 cm). Les vers adultes présents dans l’intestin pondent des œufs, qui vont être disséminés avec les selles dans le milieu extérieur, 15-20 jours seulement après l’infestation du chien. La contamination de nouveaux chiens se fera par ingestion de larves nées de ces œufs, ou par pénétration de ces larves à travers la peau (L’homme peut être contaminé de la même façon).

Les ankylostomes prélèvent du sang dans l’intestin grêle des chiens infestés, et peuvent donc être à l’origine de spoliations sévères, avec anémie, diarrhées hémorragiques, fatigue, amaigrissement… et mort dans les cas les plus sévères, notamment chez les chiots. Des lésions de la peau ou des poumons peuvent résulter du passage des larves.

Les vers plats

Dipylidium caninum

Son hôte intermédiaire est la puce. La puce pique le chien et dépose ses crottes sur son pelage. Les déjections de puce contiennent les larves. Lorsque le chien se lèche, il ingère ces crottes et donc les larves. Les larves deviennent des vers adultes qui parasitent son intestin. Il arrive parfois que les enfants soient contaminés (câlins avec leur animal…). Cette infestation n’entraîne le plus souvent aucun symptôme hormis une légère diarrhée.

Echinococcus

L’Echinococcus granulosus vit au stade adulte dans l’intestin du chien (ou autres canidés sauvages). L’Echinococcus multilocularis infeste plus volontiers le renard . Tous deux produisent des segments que l’on retrouve dans les selles des carnivores infestés. Ils peuvent alors être ingérés, en ce qui concerne E. granulosus, par des ruminants, d’autres mammifères ou même l’homme. Les œufs d’E. multilocularis trouvés dans l’environnement seront absorbés par des rongeurs ou par l’homme également. Tous ces hôtes sont appelés intermédiaires. Ils sont nécessaires au parasite pour poursuivre son développement. A ce moment, il s’agit de stades du parasite appelés aussi oncosphères. Ces oncosphères migrent dans l’hôte intermédiaire vers le foie de préférence, les poumons ou d’autres tissus. Le développement suivant est atteint après environ une année et est appelé vésicule hydatique. Ces vésicules kystiques sont dangereuses et contiennent des parasites larvaires. Le carnivore s’infecte en les avalant et le cycle est terminé. Le chien, chat, renard ou autres sont donc les hôtes finaux des échinocoques.

Cette espèce de parasite est relativement fréquente mais heureusement son importance reste limitée. L’homme s’infecte principalement en mangeant des baies sauvages souillées par les déjections du renard. Le kyste hydatique est ardu à traiter et parfois seule la greffe peut sauver un foie gravement atteint.

Éviter la contamination : les conseils

Il est indispensable de mettre en place dans chaque foyer accueillant un chien des règles élémentaires de soin et d’hygiène pour éviter toute transmission à l’homme :

Vermifugez régulièrement votre animal de compagnie :

  • Systématiquement pour les chiennes gestantes (avant la saillie puis pendant la gestation), puis allaitantes (en même temps que les chiots à 2, 4, 6 et 8 semaines, puis tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois). A pratiquer régulièrement chez les adultes (au minimum 2 à 4 fois par an).
  • Pensez à alterner les vermifuges pour une efficacité optimale (Opovermifuge®, Polyverpat®, Scanil®, Telkan®, Strantel®…)
  • Utilisez préférentiellement de la nourriture industrielle. La consommation de viande crue de porc ou de mouton est à proscrire.
  • Ramassez et éliminez systématiquement les excréments des animaux dans les litières, les bacs à sable et les jardins.
  • Limitez l’exposition des enfants aux environnements potentiellement contaminés : niches, paniers, coussins, doivent être nettoyés et gardés à l’abri de l’humidité. Ne laissez pas la litière ou la gamelle des animaux à portée des jeunes enfants.
  • Lavez-vous les mains après chaque contact, évitez le contact avec la langue des chiens.
  • Ne laissez pas les animaux manger dans les mêmes plats que les humains.
  • Nettoyez les aliments à l’eau claire avant de les ingérer.
  • Évitez l’ingestion de baies souillées par des déjections de rongeurs ou d’animaux errants et cueillez-les en hauteur.
  • Ne dormez pas, ne jouez pas avec votre animal de compagnie dans le lit.
  • Procédez à un déparasitage externe, surtout à certaines saisons (printemps et automne), afin d’éviter une éventuelle infestation par un parasite digestif, et protégez votre chien de nouvelles infestations par les puces (Fiprokil®, Frontline®, insecticide habitat Clément Thékan®…).