Végan: plus qu’un régime, un mode de vie

Selection vegan protein sources on wood background, copy space

Différence entre végétarien, végétalien et végan.

Le végétarien exclut de son alimentation la chair animale. Il existe différentes formes selon que l’on bannit la viande et le poisson mais aussi, selon les cas les œufs, les laitages, les crustacés….

Le végétalien exclut absolument tous les aliments d’origine animale (viande, poissons, œufs, lait et produits laitiers, miel…). Il ne tolère que ceux d’origine végétale : céréales, légumineuses, légumes frais et secs, fruits frais et secs, fruits oléagineux et huiles d’origine végétale.

Le végan adopte une philosophie selon laquelle les humains doivent vivre sans exploiter les animaux. Le véganisme ne se réduit pas à une alimentation spécifique. Il est avant tout un mode de vie qui exclut toute forme d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s’habiller ou pour tout autre but. Par extension, il fait la promotion du développement et de l’usage d’alternatives sans exploitation animale pour le bénéfice des humains, des animaux et de l’environnement.

Les 4 principes fondamentaux du véganisme

  1. Tous les êtres sensibles, humains et non-humains, ont le droit fondamental de disposer de leur vie, de leur corps, de leur liberté et de ne pas être vendus ou exploités par d’autres comme leur propriété.
  2. La reconnaissance de ce seul droit fondamental signifie qu’il faut abolir, et non pas seulement réglementer, l’exploitation institutionnalisée des animaux.
  3. L’approche morale végane lie le statut des animaux à celui des êtres humains. Ce sont des êtres sensibles qui ont, comme les humains, un droit égal à la justice.
  4. Le véganisme, impératif moral de non-violence et de justice doit être considéré comme un principe fondamental pour le droit des animaux.

Le mode de vie végan

Le végan exclut de son alimentation tout produit d’origine animale (viande, poisson crustacés, mollusques, gélatine, œufs, lait animal, miel…). Il consomme des produits d’origine végétale (les champignons, les légumes, les fruits…) et minérale (le sel…). Il essaie, autant que possible de ne consommer que des végétaux produits par une agriculture excluant le recours à des produits animaux pour assurer la fertilité du sol, ainsi que les pesticides.

Les vêtements, bijoux et accessoires des végans ne peuvent pas être d’origine animale. Ainsi ils ne portent pas de cuir, fourrure, soie, laine, alpaga, cachemire…De même, ils ne portent ni bijoux, ni accessoires fabriqués à partir de composants animaux (perles, nacre, plumes, corne…).

Un produit cosmétique végan ne doit pas avoir été testé sur les animaux et ne doit contenir aucun ingrédient d’origine animale (cire d’abeille, carmin, collagène animal, kératine…) ni avoir induit l’utilisation d’un animal.

Les loisirs : les végans refusent toute pratique qui inclurait une souffrance et/ou une exploitation des animaux. Ainsi, les cirques, les zoos, les aquariums, la chasse et la pêche sont proscrits. Certains végans extrêmes réfutent même l’équitation.

Quels sont les bénéfices de ce régime alimentaire ?

Dans une alimentation classique, les déséquilibres les plus souvent constatés sont dû à une consommation trop importante de lipides d’origine animale et plus particulièrement de viandes et de ses produits dérivés comme la charcuterie.

Les effets bénéfiques du régime végan sont liés à l’importance de la consommation de végétaux, riches en fibres, en vitamines A et C et en sélénium.

Et quels en sont les risques ?

Le fait d’exclure les produits laitiers expose surtout au risque de carence en calcium.

Ce régime entraîne également des carences en fer, en iode et en zinc. La carence la plus importante est celle en vitamine B12. Ce régime peut présenter de réels dangers chez les enfants, les adolescents et les femmes enceintes. Il nécessite, dans tous les cas, l’utilisation de compléments en vitamines et en minéraux.

Quelques précautions…

Cette pratique alimentaire ne doit pas être adoptée du jour au lendemain. Il est préférable de consulter au préalable son médecin généraliste (ou un nutritionniste) qui vous conseillera sur les compléments nutritionnels à prendre pour éviter des carences en vitamines, minéraux.

Il est aussi indispensable d’apprendre à diversifier son alimentation et à tirer le meilleur parti de chacun de ses composants.