La fibromyalgie

 

fibromyalgieCette maladie touche le plus souvent des femmes d’âge moyen et associe douleurs, fatigue, troubles du sommeil, troubles cognitifs et de l’humeur. C’est une maladie qui peut durer plusieurs années et disparaître subitement. Une anomalie de fonctionnement du système nerveux central (perception, transmission et intégration de la douleur) en serait la cause.

 

Signes et symptômes

Les douleurs sont présentes depuis au moins 3 mois et sont diffuses. Il s’agit de douleurs spontanées à prédominance axiale (autour de la colonne vertébrale), mais aussi localisées à d’autres zones (épaules, bras, bas du dos, fesses, cuisses, genoux…). Elles ne sont pas intenses au point d’être invalidantes, elles se rapprochent de la fatigue musculaire ou des courbatures. Les douleurs sont décrites comme permanentes et fluctuantes, en localisation et en intensité. Elles sont influencées par l’exercice ou par le repos prolongés, la météo et le stress.

L’examen clinique retrouve des points douloureux à la pression.

Les troubles du sommeil existent dans 60 à 90 % des cas : endormissement, réveils nocturnes, sensation  de sommeil non récupérateur. Il s’en suit une fatigue chronique, fluctuante et d’intensité plus sévère que les douleurs.

Les troubles cognitifs sont des difficultés de concentration, d’attention et de la mémoire. Des troubles anxieux et dépressifs peuvent être présents, le plus souvent réactionnels (à la suite d’un événement stressant).

Il est possible que la fatigue et les troubles anxio-dépressifs soient la conséquence des douleurs chroniques prolongées et du diagnostic souvent tardif.

 

Diagnostic

C’est un diagnostic d’élimination, c’est-à-dire qu’il ne peut être posé qu’après avoir écarté les autres maladies possibles.

Les examens biologiques simples indiquent l’absence de syndrome inflammatoire. D’autres examens permettent d’éliminer des pathologies comme des douleurs liées à la prise de certains médicaments, des pathologies psychiatriques, des rhumatismes inflammatoires, des pathologies neurologiques, certaines pathologies endocriniennes.

 

Traitement

Il repose essentiellement sur les anti-douleurs, anti-dépresseurs et anti-épileptiques (utilisés ici pour leurs effets antalgiques), adaptés par le médecin au cas par cas et associés à une réadaptation fonctionnelle basée sur des exercices physiques permettant d’augmenter le seuil de résistance à la douleur. L’accompagnement nutritionnel et psychologique sont également nécessaires pour retrouver un bien-être global. Certaines thérapies comme l’hypnose, l’acupuncture, le yoga, peuvent être également d’un grand secours. Dans tous les cas, la prise en charge est complètement individualisée.

 

La fibromyalgie reste mal perçue et peu reconnue, ce qui peut pousser les personnes à l’isolement, voire à la dépression ou à la culpabilité. Soyons donc vigilants pour accompagner au mieux nos proches s’ils sont touchés par cette maladie.